LES CBM LMB à Saint-Brieuc

CBM LMB 11

CBM LMB 11 SR

CBM LMB 12

Présentation du véhicule

​​L'histoire de la marque CBM :

 

Le passage obligé lorsque l'on parle de CBM est d’évoquer l'histoire du groupe VERNEY, les deux sont indissociables !

Retrouvez toute l'histoire du groupe Verney et de la marque CBM raconté par Yves LC sur sa page personnelle : http://passionbustram.pagesperso-orange.fr/page7.html

Extrait de passionbustram :

"En 1977, le groupe SCF se réorganise et donne le nom de CBM, Car et Bus du Mans. Rappelons que la SCF est une société dont le capital est détenu par la Famille VERNEY mais aussi par la famille MICHELIN.

Très vite la gamme urbaine apparait avec les LMB et TDU. Suite a une forte demande des adhérents de l'UTP, CBM créé le CBM TDU 850 avec une longueur réduite... Mais la difficulté pour CBM est d’écouler la production en dehors des sociétés du Groupe VERNEY... Ce ne fut pas le cas pour les autocars et pour les autobus une fois la rente de situation passée dans le Nord (Lille en particulier avec 80 LMB11 et 154 TDU 11, Douai, Dunkerque, ...), il n'y avait pas beaucoup de clients... Le TDU 850 bénéficia d'un plus fort engouement mais pas assez !

Pour se relancer, en partenariat avec Renault VI CBM créé le gabarit réduit du futur en s'inspirant du cahier des charges du futur R 312 ! Ainsi le CBM 220 devient le nouveau produit phare de l'entreprise.

Suite a des difficultés financières CBM dépose le bilan en décembre 1984. Un plan social diminue les effectifs passant de 150 a 90... et redémarre grâce a un bon carnet de commande sur le CBM 220 et Renault VI qui sous traite la fabrication du PR 100.2 interurbain : le PR 80...

Mais en 1986, le verdict est sans appel, CBM ne peut pas vivre avec 2 produits et n'a pas réussi a trouver de nouveaux créneaux... La grande marche de la disparition des petits carrossiers se poursuit !

 

La principale activité du groupe VERNEY est désormais l'exploitation de lignes interurbaines. Le groupe est principalement base dans le Nord, l'Alsace, l'Auvergne, Le Lyonnais et la façade Ouest. Mais en 2003, la dernier groupe avec des capitaux familiaux disparait avec un rachat par Vivendi/Veolia... pour prendre l'image du groupe CONNEX !"

Les CBM LMB c'est quoi ?

Ce modèle date de 1979 et a été produit jusqu'en 1983. La différence avec le CBM TDU qui est un autre autobus urbain produit par CBM c'est sa position du moteur qui est à l’arrière. Ce qui lui interdit le positionnement d'une 3eme porte.

 

Ce modèle bénéficie également de la prouesse technologique de l'époque avec l'agenouillement synchronisé avec l'ouverture des portes permettant d'avoir la première marche a 340 mm de la chaussée contre 400 mm en position route ! Malheureusement cette prouesse fut aussi la cause du vieillissement prématuré des véhicules avec une cassure de châssis au milieu du véhicule... Beaucoup de réseau avaient donc décidé de couper le système d'agenouillement.

Le CBM LMB a existé en 3 versions différentes que Saint-Brieuc a acheté :

- Le CBM LMB 11 mètres : Version Classique

- Le CBM LMB 11 mètres SR : Produit dérivé du LMB 11, il bénéficie uniquement d'une face avant plus carré.

- Le CBM LMB 12 mètres : Cette dernière impose un double essieu a l’arrière.

Histoire des CBM LMB à Saint-Brieuc :

Les premiers A 500 sont arrivés sur le réseau en 1993. Ils succèdent aux mythiques PR 100.2 tant apprécié par les conducteurs Briochins. Les véhicules n°237, 238 & 239 sont ainsi les premiers véhicules à trois portes à arriver sur Saint-Brieuc. Ils ont la particularité, et ce sera une grande nouveauté, d'avoir 3 portes : une à l'avant, une au milieu et une à l'arrière. Ces autobus vont permettre d'apporter de la souplesse sur le réseau congestionné. Initialement équipés de girouettes à film, ces dernières ont été remplacé quelques années plus tard par des girouettes à Pastilles comme l'ensemble du parc.

En 1993, le district du pays de Saint-Brieuc décide l'acquisition de 3 nouveaux autobus neufs. Le choix est proposé entre les marques Van Hool : modèle A 500 et Renault avec son R312. La préférence s'est finalement porté sur la marque Van Hool, beaucoup moins cher que Renault, malgré les réticences des conducteurs qui n'en voulait pas. L'économie réalisé sur l'achat des 3 premiers standards A 500 à ainsi permis l'acquisition d'un 4ème véhicule : l'Heuliez GX 77 H n°236.

Caractéristiques techniques

Parc

Photothèque

Merci à Yves Le Chanu pour son aide et sa contribution personnelle sans qui cette page ne pourrait pas être aussi complète.

HistoTUB 2015 - 2019  - ©  Tous droits réservés